Gouvernement du Canada Gouvernement du Canada
   
English Contactez-nous Aide Recherche Site du Canada
Accueil Cyberaide.ca Rescol choix.org VG Taskforce
   
 

Centre national de coordination contre l'exploitation des enfants (CNCEE)

ORGANISMES

Note: La documentation fournie dans la présente section est tirée de différents sites Web spécialisés. Nous tablons sur la validité de l’information telle qu’elle est produite par ces organismes, et nous nous attendons à ce que les renseignements fournis soient exacts et mis à jour. Nous encourageons le lecteur à chercher des renseignements plus détaillés auprès de la source originale.

Les liens vers les sites Web ne relevant pas de l'autorité du gouvernement du Canada (GDC) sont fournis aux utilisateurs uniquement pour des raisons de commodité. Le GDC n'est pas responsable de l'exactitude, de l'actualité ni de la fiabilité du contenu. Il n'offre aucune garantie à cet égard et n'est pas responsable des renseignements associés à ces liens, pas plus qu'il ne cautionne ces sites ou leur contenu.

Les utilisateurs doivent être au courant de la possibilité que les renseignements offerts dans des sites, non soumis à l'autorité du GDC, qui ne sont pas assujettis à la Loi sur les langues officielles et auxquels la Gendarmerie royale du Canada comporte des liens, ne puissent être consultés que dans la(les) langue(s) employées dans ces sites.

Si vous connaissez une ressource que les autres pourraient trouver utile, veuillez en transmettre le lien à M me Roberta Sinclair, Ph. D., à l’adresse suivante : [email protected]

Adult Sites Against Child Pornography (ASACP)
Le regroupement Adult Sites Against Child Pornography (ASCAP) a été constitué en 1996, et il compte au nombre de ses membres plus de 4 700 sites Web pour adultes. Depuis sa création, l’ASACP a apporté son aide au Federal Bureau of Investigation et au Service des douanes des États-Unis en examinant plus de 175 000 signalements concernant des sites Web qui affichent de la pornographie juvénile. Lorsqu’on le juge nécessaire, les signalements sont transmis à l’organisme d’application de la loi approprié. En collaborant avec l’industrie des sites Web pour adultes, l’ASACP est tout particulièrement bien placé pour examiner des signalements de façon rapide et efficace, et pour transmettre uniquement ceux qui justifient une plainte, ce qui accroît l’efficience des organismes d’application de la loi dans le cadre des processus d’enquête. Compte tenu du fait que l’ASACP n’est pas associé à l’application de la loi, il a été suggéré que les citoyens concernés seraient plus susceptibles de lui fournir un signalement relatif à la pornographie juvénile, étant donné qu’ils n’auront pas de rapports avec un organisme gouvernemental.

Emplacement du siège social : Los Angeles, Californie, États-Unis
Auditoires primaires : Les adultes et les parents.

Barnardo’s
Géré au Royaume Uni, l’organisme Barnardo’s envisage une société où les enfants ne seraient pas soumis à la pauvreté, à la discrimination et aux mauvais traitements, ce qui leur permettrait de réaliser leur potentiel. En vue d’atteindre ces objectifs, Barnardo’s s’efforce de protéger les enfants contre les préjudices, de veiller à leur santé émotionnelle, physique et mentale, de leur transmettre un sentiment d’appartenance à la collectivité et de leur offrir des possibilités d’apprentissage. Fondé en 1866, Barnardo’s aide les enfants à surmonter les expériences difficiles et les situations d’infériorité, dans l’intention de permettre aux jeunes de devenir des adultes qui auront une incidence favorable sur la société. La mission de Barnardo’s consiste à « rendre leur avenir aux enfants ».

Emplacement du siège social : Londres, Angleterre
Auditoires primaires : Les professionnels de la justice pénale, les organismes d’application de la loi, les jeunes et les parents.

Captive Daughters
Captive Daughters, un organisme sans but lucratif qui a été constitué en 1997, a pour seul but de mettre un terme à l’esclavage sexuel des femmes et des enfants. Cet organisme s’efforce d’attirer l’attention du public sur la prostitution forcée des jeunes filles et des adolescentes, dans l’intention de supprimer le trafic d’esclaves sexuels. En vue d’attirer l’attention sur cette question à l’échelle nationale et internationale, Captive Daughters fournit des renseignements par le truchement de son site Web, ce qui comprend des recommandations et des listes des lectures de référence, participe à différents forums et collabore avec d’autres organismes.

Emplacement du siège social : Los Angeles, Californie, États-Unis
Auditoires primaires : Les professionnels de la justice pénale, les organismes d’application de la loi, les universitaires, les parents et les jeunes.

Child Exploitation and Obscenity Section (CEOS)
Créé en 1987, la Child Exploitation and Obscenity Section (CEOS), qui fait partie du département de la Justice des États-Unis, est responsable de la poursuite judiciaire de ceux qui possèdent, produisent ou distribuent de la pornographie juvénile, de ceux qui achètent, vendent ou transportent des femmes ou des enfants d’un état à un autre ou d’un pays à un autre afin qu’ils se livrent à une conduite explicitement sexuelle et de ceux qui se déplacent d’un état à un autre ou d’un pays à un autre afin d’exploiter des enfants. Les avocats qui travaillent au nom de la CEOS offrent également des conseils sur les principes régissant les poursuites, la législation et les règlements gouvernementaux reliés à l’exploitation sexuelle des mineurs. La CEOS contribue aussi à la formation et à l’élaboration de politiques concernant l’exploitation des enfants et la traite des femmes. La Child Exploitation and Obscenity Section montre nettement que les partenariats et la collaboration sont nécessaires et qu’ils donnent des résultats fructueux.

Emplacement du siège social : Washington, DC, États-Unis
Auditoires primaires : Les professionnels de la justice pénale, les organismes d’application de la loi et les universitaires.

Child Health Advocacy Network (CHANT)
Sous l’autorité du National Children’s Bureau, le réseau Child Health Advocacy Network (CHANT) défend la santé mentale, émotionnelle et physique de tous les enfants, tout en prètant une attention particulière à ceux dont la situation est vulnérable ou à ceux qui vivent dans la pauvreté. En travaillant en partenariat avec des associations professionnelles et des organismes non gouvernementaux, le CHANT atteint ses buts par les campagnes et les pressions politiques, le travail en réseau et les initiatives conjointes, la réponse à des documents de consultation et la participation à des colloques et à des conférences.

Emplacement du siège social : Londres, Angleterre
Auditoires primaires : La classe politique, les défenseurs des droits de l’enfant, les parents et les jeunes.

Childline
Lancé en 1986, le service Childline est une ligne secours 24 heures destinée aux enfants qui sont en danger et qui vivent au Royaume-Uni. Plus de 1 000 bénévoles, qui travaillent sous l’autorité de professionnels, réconfortent les enfants et les conseillent. Childline reçoit quotidiennement 4 000 appels concernant des questions telles que la violence sexuelle et physique, l’intimidation, les tensions familiales, les grossesses et les préoccupations liées au bien-être des amis. Les conseillers de Childline se servent de l’information qu’ils reçoivent pour renseigner les décideurs, dans l’intention d’améliorer les conditions de vie des enfants.

Emplacement du siège social : Londres, Angleterre
Auditoires primaires : La classe politique, les organismes d’application de la loi, les défenseurs des droits de l’enfant, les parents et les jeunes.

Childnet
Créé en 1996, Childnet travaille en collaboration avec des partenaires dans le monde entier, afin «  d’aider à faire d’Internet un lieu fantastique et sûr pour les enfants. » La vision de Childnet consiste à s’assurer que les politiques et les programmes visant à promouvoir les droits des enfants et leur protection dans Internet sont reconnus par ceux qui élaborent, créent, contrôlent, utilisent ou réglementent Internet et d’autres formes de communication. Bien que Childnet défende la liberté d’expression, les membres de l’organisme ont la conviction que si cette liberté entre en conflit avec les intérêts des enfants, le bien-être de ceux-ci doit prévaloir.

Emplacement du siège social : Londres, Angleterre
Auditoires primaires : Les fournisseurs d’accès Internet, les adultes, les parents et les jeunes.

Children’s Charities Coalition for Internet Safety (CHIS)
Les organismes Childline, National Children’s Home: Action for Children, Barnardo’s, National Society for the Prevention of Cruelty to Children, National Children’s Bureau, National Council for Voluntary Child Care Organizations et Children’s Society se sont associés, en 2000, afin de constituer la Children’s Charities Coalition on Internet Safety (CHIS). Cette coalition travaille en collaboration avec le gouvernement, l’industrie, les médias, les organismes d’application de la loi et d’autres organismes, afin de promouvoir les diverses questions de sécurité qui ont trait à l’utilisation d’Internet par les enfants.

Emplacement du siège social : Inconnu
Auditoires primaires : Les organismes d’application de la loi, la classe politique, les universitaires, les fournisseurs d’accès Internet, les parents et les adultes.

Children’s Rights Information Network (CRIN)
Composé de plus de 1 400 organismes membres implantés dans plus de 130 pays, le Child Rights Information Network (CRIN) diffuse de l’information sur la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant (CNUDE), à l’intention des organismes non gouvernementaux, de divers organismes relevant des Nations Unies, des organismes intergouvernementaux, des établissements d’enseignement supérieur et d’autres experts en matière de droits de l’enfant. Le CRIN œuvre en vue de satisfaire à la demande d’information créée par les personnes et les organismes qui défendent les droits des enfants, soutiennent et favorisent l’application de la CNUDE et appuient les autres organismes de défense des droits des enfants en offrant de la formation et en élaborant des outils de réseaux électroniques et non électroniques.

Emplacement du siège social : Londres, Angleterre
Auditoires primaires : Les organismes à l’intention des enfants, les universitaires, les adultes et les jeunes.

The Children’s Society
Le but de la Children’s Society est de créer un monde où chaque enfant sera aimé sans condition, écouté et compris. En considérant les choses du point de vue des enfants, le personnel de la Children’s Society peut concevoir, étudier à fond et préciser les moyens les plus efficaces de répondre aux besoins des enfants. En ciblant les enfants qui ont le plus besoin d’aide, la société prévoit améliorer le système de justice pénale, en amenant les professionnels qui travaillent dans ce système à considérer la victime comme un enfant, plutôt que comme un criminel. Les professionnels qui travaillent dans le domaine de la protection des enfants contre l’exploitation doivent comprendre que les enfants qui sont victimes d’abus sexuels ou, encore, qui consomment de la drogue, qui volent ou qui mendient, sont toujours des enfants et que, par conséquent, ils ont besoin de la protection de la société.

Emplacement du bureau principal : Londres, Angleterre
Auditoires primaires : Les professionnels de la justice pénale, les organismes d’application de la loi, les professeurs et les jeunes.

Combating Paedophile Information Networks in Europe (COPINE)
Accueilli au département de psychologie appliquée du University College à Cork, en Irlande, le projet Combating Paedophile Information Networks in Europe (COPINE) a été fondé en 1997. Dans le cadre de ce projet universitaire, les domaines de la psychologie judiciaire et de la psychologie clinique sont associés afin d’analyser la vulnérabilité des enfants dans Internet. L’équipe du projet COPINE s’intéresse plus particulièrement à l’analyse des images de violence au moyen des techniques judiciaires, à la nature du processus d’infraction, à l’élaboration et à l’évaluation de projets thérapeutiques conçus à l’intention des délinquants internautes, aux questions liées aux jeunes victimes et, en dernier lieu, au tourisme sexuel impliquant des enfants et au trafic d’enfants. Le personnel du projet COPINE travaille en partenariat étroit avec les organismes d’application de la loi et d’autres organismes qui œuvrent dans le but de prévenir l’exploitation des enfants.

Emplacement du siège social : Cork, Irlande
Auditoires primaires : Les organismes d’application de la loi, les universitaires, les professionnels de la justice pénale, les adultes, les parents, les professeurs et les jeunes.

The Council of Europe
Fondé en 1949, le Conseil de l’Europe regroupe 45 pays et vise à défendre les droits de l’homme et à conclure des accords à l’échelle du continent en vue d’harmoniser les pratiques sociales et juridiques des États membres. Il joue également le rôle de gardien des droits de l’homme pour les démocraties post-communistes de l’Europe. L’organisation poursuit son élargissement tout en renforçant le contrôle du respect, par tous les États membres, des obligations et des engagements qu’ils ont acceptés lors de leur adhésion. Les États-Unis, le Japon, le Saint-Siège, le Mexique et le Canada se sont tous vu accorder le statut d’observateur.

Emplacement du bureau principal : Strasbourg, France
Auditoires primaires : Les organismes de défense des droits de l’enfant.

Crimes against ChildrenResearch Center (CCRC)
Créé en 1998 à l’Université du New Hampshire, le Crimes against Children Research Center (CCRC), qui est dirigé par M. David Finkelhor, Ph.D., est un centre de recherche consacré aux différentes formes de victimisation qui sont infligées aux enfants et aux adolescents, y compris les voies de doit, les divers types de maltraitance, la violence entre enfants et la victimisation indirecte en fonction de laquelle les enfants sont touchés par la violence en tant que témoins. Les buts visés par le CCRC consistent à mieux comprendre dans quelle mesure les enfants qui sont exposés au système de justice pénale sont victimisés. L’équipe du CCRC y parvient par le truchement d’une meilleure tenue des dossiers, des interrogatoires et de l’échange d’information, en protégeant les enfants contre la victimisation ultérieure et les traumatismes inutiles rattachés aux procédures du système de justice pénale et en soutenant le traitement et la réinsertion sociale des enfants par la mise en œuvre de différents programmes et services.

Emplacement du siège social : Durham, New Hampshire, États-Unis
Auditoires primaires : Les professionnels de la justice pénale, les organismes d’application de la loi, les universitaires et les parents.

CyberAngels
Constitué en 1995, le groupe CyberAngels, une division des Guardian Angels, est entièrement géré par des bénévoles. Il fait office de « ligne 411 virtuelle » pour ce qui est de la sécurité Internet relative à la violence en direct et à la cybercriminalité, en offrant des stratégies préventives et des conseils aux parents et aux enfants. En proposant des programmes de prévention, en soutenant le dépistage et l’identification des délinquants et en surveillant les questions courantes qui entourent l’utilisation d’Internet et la cybercriminalité, le groupe CyberAngels est devenu un chef de file dans ce domaine depuis sa mise en exploitation. Sous la direction de Curtis Sliwa, le réseau de bénévoles de CyberAngels regroupe des agents de la force publique, des spécialistes de la technologie de l’information, des universitaires, des parents, des bibliothécaires et des professionnels du domaine juridique. En 1998, le groupe CyberAngels a été le lauréat du prestigieux President’s Service Award.

Emplacement du bureau principal : Allentown, Pennsylvanie, États-Unis (Guardian Angels)
Auditoires primaires : Les organismes d’application de la loi, les professionnels de la justice pénale, les universitaires, les parents, les jeunes et les professeurs.

The Cyber Law Enforcement Organization (CLEO)
La Cyber Law Enforcement Organization (CLEO), une division de wiredsafety.org sous la direction de Parry Aftab, est composée d’agents qui se spécialisent dans les enquêtes sur la cybercriminalité et qui offrent une assistance en ligne aux victimes de la cybercriminalité. Au moyen d’une ligne anti-crime, la CLEO enquête sur les cas de pornographie juvénile, de cyberharcèlement, d’enfants disparus et de fraude en direct. L’organisation vise notamment à regrouper les agents de police à l’échelle mondiale, à offrir une assistance d’enquête à divers organismes, à fournir de l’aide et de l’éducation en direct et, en dernier lieu, à établir des liens entre les organismes d’application de la loi, les fournisseurs d’accès Internet, le système juridique et les groupes de victimes dans le monde entier.

Emplacement du siège social : Trenton, Ontario, Canada
Auditoires primaires : Les organismes d’application de la loi, les professionnels de la justice pénale, les organismes de défense des droits des victimes, les parents, les jeunes et les professeurs.

Cyberspace Research Unit: University of Central Lancashire
Établi en janvier 2000 par Rachel O’Connell, le Cyberspace Research Unit dote les enfants des habiletés adéquates, des connaissances et des outils nécessaires dont ils ont besoin afin d’utiliser Internet en toute sécurité. Ce groupe analyse comment les criminels utilisent Internet et suggère des moyens d’élaborer des stratégies d’enquête efficaces, en plus de jouer les rôles de chercheur, de conseiller en politiques, d’éducateur et de porte-parole auprès des médias.

Emplacement du siège social : Lancashire, Royaume-Uni
Auditoires primaires : Les organismes d’application de la loi, les professionnels de la justice pénale, les universitaires, les adultes, les parents, les professeurs et les jeunes.

Cyberaide.ca
Cyberaide.ca, qui a été créé par Child Find Manitoba, est un site Web où sont reçus et traités les signalements du public concernant l’exploitation sexuelle des enfants en direct. Ayant reçu 555 signalements au cours de la première année de sa mise en exploitation (2002-2003), le site Cyberaide.ca sert de bureau central où les signalements sont analysés et les plaintes valides transmises aux organismes d’application de la loi compétents. Au Canada, on a établi des relations de travail entre le site Cyberaide.ca on et le Service de police de Winnipeg, le groupe de lutte contre l’exploitation des enfants du Service de police de Toronto, l’équipe du « projet P » de la Police provinciale de l’Ontario, l’équipe du projet Horizon à Halifax, la Sûreté du Québec et un bon nombre d’autres services. Sur la scène internationale, on a établi des partenariats entre le site Cyberaide.ca on le National Centre for Missing and Exploited Children, l’Internet Watch Foundation et le service d’assistance Save the Children Hotline. En recueillant des statistiques, Cyberaide.ca vise à cerner le profil des enfants qui sont les plus susceptibles d’être victimes en direct, facilite la reconnaissance des victimes, élabore des pratiques exemplaires, en plus de sensibiliser et d’éduquer le public grâce à l’élaboration de diverses ressources visant à promouvoir la sécurité en direct. Dans le cadre de relations de travail, le site Cyberaide.ca est également soutenu par le Service de police de Winnipeg, l’Association canadienne des chefs de police, la Gendarmerie royale du Canada et le Centre national de coordination contre l’exploitation des enfants (CNCEE).

Emplacement du siège social : Winnipeg, Manitoba, Canada
Auditoires primaires : Les professionnels de la justice pénale, les organismes d’application de la loi, les adultes, les professeurs, les parents et les jeunes

Dot.safe
En réaction aux différents problèmes que présente Internet, Dot.safe, un projet pilote auquel collaborent 23 États européens, vise à fournir des ressources et des renseignements pertinents aux éducateurs et aux parents, dans le but de promouvoir la sécurité des enfants dans Internet. Dans le cadre de ce projet, les quatre principaux objectifs consistent à sensibiliser les gens aux ressources disponibles et efficaces, à élaborer du matériel de pointe et des solutions techniques, à mettre à l’essai et à évaluer ce matériel ainsi qu’à continuer d’élaborer des plans et de diffuser de l’information.

Emplacement du siège social : Inconnu
Auditoires primaires : Les parents, les jeunes et les professeurs.

End Child Prostitution, Child Pornography, and Trafficking of Children for Sexual Purposes (ECPAT)
L’ECPAT, un organisme qui vise à éradiquer la prostitution enfantine, la pornographie juvénile et le trafic d’enfants à des fins sexuelles, se consacre à la prévention de la pornographie juvénile dans Internet et de la sollicitation de mineurs en direct. En établissant des liens avec les fournisseurs d’accès Internet et les fabricants de logiciels et de moteurs de recherche, l’ECPAT tente de régler le problème de la pornographie juvénile diffusée par Internet. L’ECPAT participe à des débats sur les politiques, crée des services d’assistance téléphonique et les pourvoit en personnel, élabore et préconise des codes de déontologie et favorise l’utilisation sécuritaire d’Internet. L’ECPAT vise essentiellement à préciser l’étendue de la pornographie juvénile par Internet et à élaborer des solutions d’envergure internationale afin de régler ce problème mondial.

Emplacement du siège social : Bangkok
Auditoires primaires : Les professionnels de la justice pénale, les organismes d’application de la loi, les fournisseurs d’accès Internet, les adultes, les parents et les jeunes.

Federal Bureau of Investigation: Innocent Images National Initiative (IINI)
Dans le cadre du programme de lutte contre la cybercriminalité du Federal Bureau of Investigation, l’équipe du projet Innocent Images National Initiative (IINI) a la mission de retracer les délinquants sexuels qui utilisent Internet pour exploiter sexuellement les enfants, d’enquêter sur ces délinquants et de les poursuivre en justice, d’assurer la présence dans Internet d’agents de la force publique qui constitueront un effet dissuasif et, en dernier lieu, de repérer les enfants victimes d’abus et de leur porter secours. Actuellement, l’objectif de l’IINI a été remanié afin de dépister les principaux producteurs et distributeurs de pornographie juvénile ainsi que les personnes qui souhaitent aller à l’étranger dans le but de se livrer à des activités sexuelles avec un mineur (les cas de voyageurs et de touristes sexuels). Le dernier objectif dans le cadre de ce projet consiste à rechercher les enfants victimes et à faire en sorte qu’ils reçoivent un traitement adéquat qui leur permettra d’affronter de manière efficace la violence et le traumatisme qu’ils ont subis.

Emplacement du siège social : Washington, DC, États-Unis
Auditoires primaires : Les professionnels de la justice pénale, les organismes d’application de la loi et les universitaires.

Innocence en danger (IED)
Innocence en danger est une association à but non lucratif et à vocation internationale qui a été créée en  1999. Présente dans 28 pays, Innocence en danger regroupe des spécialistes d’Internet, des juristes, des décideurs du monde politique et des affaires et d’autres personnes. Le but de cet organisme est de sensibiliser l’opinion mondiale au problème croissant que constitue la « pédo-criminalité ». Sa mission consiste à offrir un soutien moral, juridique et financier aux enfants victimes, à dépister les criminels qui exploitent les enfants par Internet, à soutenir les médecins et d’autres professionnels qui mettent en jeu leur carrière et leur sécurité personnelle afin d’aider les enfants exploités et à éveiller l’attention des médias en ce qui concerne la gravité et la fréquence de cette infraction. Innocence en danger s’efforce de concevoir des cours en direct, d’organiser des séminaires nationaux et internationaux et de préparer une base de données internationale des enfants qui ont été victimes de trafic ou d’exploitation ou, encore, qui sont actuellement portés disparus.

Emplacement du siège social : Paris, France
Auditoires primaires : Les organismes d’application de la loi, les professionnels de la justice pénale, les professionnels des collectivités, les parents et les jeunes.

International Hotlines for Europe (INHOPE)
L’association International Hotlines for Europe (INHOPE) a principalement pour but de faciliter la coopération entre les fournisseurs de lignes directes Internet, en vue de supprimer la pornographie juvénile dans Internet et de protéger les enfants contre les usages illégaux d’Internet. INHOPE réalise cet objectif en échangeant des renseignements spécialisés et des rapports, en éduquant et en informant les décideurs, en gérant de nouvelles lignes directes et en établissant des relations et des liens solides avec différents services d’urgence à l’extérieur de l’Europe. INHOPE gère des lignes directes, forme leur personnel et s’efforce d’informer et de sensibiliser à la sécurité Internet sur l’ensemble du territoire européen. L’association a instauré une procédure commune et efficace pour recevoir les plaintes et y répondre.

Emplacement du siège social : Amsterdam, Pays-Bas
Auditoires primaires : Les organismes d’application de la loi, les adultes, les parents, les professeurs et les jeunes.

Alliance internationale Save the Children
L’Alliance internationale Save the Children lutte pour les droits de l’enfant, afin que chaque enfant soit respecté et valorisé et qu’il ait la possibilité de s’instruire et d’être écouté et qu’il ait de l’espoir et des chances. Les 27 organisations membres de Save the Children, présentes dans le monde entier constituent l’Alliance internationale Save the Children, qui est l’un des plus grands mouvements indépendants au monde à œuvrer en vue d’améliorer la vie des enfants. Des améliorations peuvent être apportées en exerçant des pressions politiques auprès des gouvernements et de la communauté internationale afin de déterminer les secteurs où les politiques et les pratiques ne garantissent pas la protection intégrale des enfants. En ce qui concerne l’exploitation et la violence, Save the Children utilise diverses stratégies pour lutter contre ces problèmes, telles que la collaboration avec les enfants en vue de préciser les causes de l’exploitation et l’élaboration de méthodes de prévention réalistes.

Emplacement du bureau principal : Londres, Angleterre
Auditoires primaires : Les organismes gouvernementaux, les professionnels de la justice pénale, les universitaires et les jeunes.

International Society for Policing of Cyberspace (POLCYB)
L’organisme International Society for Policing of Cyberspace (POLCYB), une société sans but lucratif implantée en Colombie-Britannique, au Canada, cherche à accroître les partenariats internationaux entre les professionnels des secteurs public et privé (y compris les organismes d’application de la loi, le système de justice pénale, la sécurité commerciale et le monde universitaire) en vue de lutter contre la criminalité dans le cyberespace et de la prévenir. L’organisme a pour but d’établir un réseau de partage des connaissances, des renseignements et des ressources, afin de déjouer la criminalité en direct, de tenir des forums internationaux visant à informer le public et à mettre celui-ci au courant des efforts que déploient actuellement les professionnels qui travaillent dans le domaine et, en dernier lieu, de fournir des renseignements au public en ce qui concerne la prévention de la victimisation en direct et la promotion de la sécurité Internet.

Emplacement du siège social : Port Coquitlam, Colombie-Britannique, Canada
Auditoires primaires : Les professionnels de la justice pénale, les organismes d’application de la loi, les universitaires, les adultes, les parents et les jeunes.

Internet Watch Foundation (IWF)
Le service d’assistance Internet Watch Foundation (IWF) vise à réduire au maximum le volume du contenu illégal dans Internet, l’accent étant mis plus particulièrement sur la pornographie juvénile qui se trouve actuellement dans Internet, et cela, par le travail en partenariat avec les fournisseurs d’accès Internet, les téléphonistes du service radiotéléphonique mobile, les fournisseurs de logiciels, les organismes d’application de la loi et le gouvernement. Ce service d’assistance procure aux utilisateurs d’Internet un mécanisme qui leur permet de signaler le contenu illégal. Au Royaume-Uni, ce service est l’équivalent de l’aide en ligne NCMEC aux États-Unis et de Cyberaide.ca au Canada.

Emplacement du siège social : Cambridgeshire, Royaume-Uni
Auditoires primaires : Les organismes d’application de la loi, les adultes, les parents et les jeunes.

Kids.ap
Kids.ap, un organisme sans but lucratif, se concentre sur l’éradication de la pornographie juvénile et des agresseurs sexuels d’enfants dans Internet. Enregistré en Australie, Kids.ap est la section Asie-Pacifique de la fondation Innocence en danger. La vision de Kids.ap vise une societé où l’exploitation sexuelle des enfants par Internet ou d’autres moyens numériques sera inexistante. Kids.ap s’efforce de concrétiser cette vision en exploitant un site Web consacré à la diffusion de renseignements éducatifs et techniques qui mettent en lumière le problème de l’exploitation sexuelle des enfants en direct.

Emplacement du siège social : Australie
Auditoires primaires : Les organismes d’application de la loi, les professionnels de la justice pénale, les adultes, les parents et les jeunes.

Lucy Faithful Foundation
La Lucy Faithful Foundation est un organisme de protection des enfants indépendant qui œuvre au Royaume-Uni. Cette fondation procède à l’évaluation de femmes et d’hommes qui ont été reconnus coupables ou qui sont soupçonnés d’agresser sexuellement des enfants. Par ailleurs, la fondation offre des programmes de traitement conçus pour gérer et atténuer le risque de récidive. La fondation tient également un établissement résidentiel destiné au traitement à long terme des agresseurs sexuels. Afin d’atteindre son but, qui est de veiller sur les enfants et de les protéger, la Lucy Faithful Foundation collabore avec les parents des enfants qui ont été agressés sexuellement en leur offrant un traitement, des conseils, et également en évaluant la capacité des parents à protéger leur enfant à l’avenir. Tout au long de ce processus, la fondation s’efforce que l’enfant et sa famille soient le moins possible des victimes de nouveau.

Emplacement du siège social : Royaume-Uni
Auditoires primaires : Les délinquants sexuels, les professionnels de la justice pénale, les organismes d’application de la loi, les universitaires, les parents et les jeunes.

Réseau Éducation-Médias (REM)
LeRéseau Éducation-Médias (REM) est un organisme sans but lucratif qui a été constitué en 1996 et qui a des bureaux à Ottawa et à Montréal. Par son travail en collaboration avec différents organismes canadiens ou internationaux, la création de ressources et de programmes en direct et les divers auditoires auxquels il s’adresse dans le monde entier, le REM conscientise les gens aux médias et à Internet. Le réseau héberge un site Web primé qui contient plus de 300 plans de leçon à l’intention des éducateurs, des ressources destinées aux bibliothécaires et aux professeurs, des renseignements et des outils à l’intention des parents ainsi qu’une base de données contenant des articles, des rapports et d’autres documents de référence. Le REM est financé par le gouvernement du Canada et différents organismes qui œuvrent dans le secteur privé.

Emplacement du siège social : Ottawa, Ontario, Canada
Auditoires primaires : Les professionnels de la justice pénale, les organismes d’application de la loi, les professeurs, les parents et les jeunes.

Movement Against Paedophilia on the Internet (MAPI)
Le Mouvement Anti-Pédophilie sur Internet (MAPI) est un organisme bénévole composé de chercheurs et de professeurs de l’Université de Namur, en Belgique. Les quatre objectifs principaux du MAPI sont les suivants : réfléchir au problème du marché de la pédophilie et de la diffusion dans Internet de renseignements encourageant l’exploitation sexuelle des enfants, sensibiliser les utilisateurs d’Internet à la gravité de ce problème, effectuer de la recherche juridique, technique et éthique sur les solutions existantes et, en dernier lieu, proposer des recommandations à l’usage des avocats et des hommes politiques ainsi que des fournisseurs d’accès, de pages Web et de groupes de discussion à l’usage des pédophiles.

Emplacement du siège social : Belgique
Auditoires primaires : Les universitaires, la classe politique, les professionnels de la justice pénale, les organismes d’application de la loi, les adultes, les parents et les jeunes.

NationalCenter for Missing and Exploited Children (NCMEC)
Le National Centre for Missing and Exploited Children (NCMEC) a été constitué en 1984, à titre d’organisme privé sans but lucratif, afin d’offrir aux familles et aux professionnels des services visant à prévenir l’enlèvement, l’atteinte à la sécurité et l’exploitation sexuelle des enfants. Le NCMEC joue le rôle de bureau central de renseignements sur les enfants portés disparus ou exploités. Il gère une ligne anti-crime, fournit une aide technique quant à la prévention, aux enquêtes et aux poursuites en justice, offre des programmes de formation, coordonne les efforts de protection des enfants en collaboration avec des professionnels du secteur privé et travaille en réseau avec d’autres fournisseurs de services sans but lucratif.

Emplacement du siège social : Alexandrie, Virginie, États-Unis
Auditoires primaires : Les professionnels de la justice pénale, les organismes d’application de la loi, les adultes, les parents et les jeunes.

NationalCenter for Prosecution of Child Abuse (NCPCA)
Créé en 1985 par la National District Attorneys Association, le National Center for Prosecution of Child Abuse (NCPCA) sert de ressource centrale de formation, de réorganisation judiciaire et d’aide juridique éclairée. En outre, il fournit des renseignements sur les enquêtes et les poursuites dans les cas de mauvais traitements infligés aux enfants. Afin d’atteindre son objectif, qui consiste à améliorer la gestion des cas de violence faite aux enfants, le NCPCA fait également fonction de bureau central où l’on présente des cas faisant jurisprudence, des réformes des tribunaux et des stratégies en vue des procès. Le centre publie des manuels, des bulletins, des résumés législatifs et des guides en matière d’enquête et de poursuite en justice, et il mène des recherches en collaboration avec des universitaires, des procureurs et divers autres spécialistes, afin d’élaborer des pratiques exemplaires visant à lutter contre la violence faite aux enfants.

Emplacement du siège social : Alexandrie, Virginie, États-Unis
Auditoires primaires : Les professionnels de la justice pénale, les organismes d’application de la loi, les universitaires et les parents.

National Children’s Bureau (NCB)
Le National Children’s Bureau (NCB), qui a été mis sur pied en 1963, est une autorité mondialement reconnue en matière de politiques, de recherche et de meilleures pratiques reliées aux enfants en Angleterre et en Irlande du Nord. Par la recherche, l’élaboration de projets et l’évaluation, le NCB tente d’influencer les politiques et de s’employer à la mutualisation des savoirs. Le bureau réalise ces objectifs en s’élevant contre les préjudices causés aux enfants, en collaborant avec ceux-ci afin de s’assurer qu’ils s’investissent dans toutes les questions qui touchent leur vie, en préconisant des partenariats pluridisciplinaires, et en diffusant l’information obtenue grâce à la recherche effectuée en collaboration avec différents organismes qui œuvrent auprès des jeunes.

Emplacement du siège social : Londres, AngleterreAuditoires primaires : Les adultes, les parents et les jeunes.

National Children’s Home: Action for Children (NCH)
Ses bureaux étant implantés en Angleterre, en Écosse, au pays de Galles et en Irlande du Nord, c’est depuis 1869 que le National Children’s Home (NCH) aide les enfants et les adolescents qui éprouvent des difficultés ou des problèmes dans leur vie. Au Royaume-Uni, le NCH se considère comme le plus grand fournisseur de services à l’intention des enfants handicapés, de leur famille, des centres familiaux et des centres communautaires et de services à l’intention des jeunes qui vivent sous la garde d’une personne.

Emplacement du siège social : Londres, Angleterre
Auditoires primaires : Les parents et les jeunes.

National Council for Voluntary Child Care Organizations (NCVCCO)
Fondé en 1942, le National Council for Voluntary Child Care Organizations (NCVCCO) joue un rôle d’organisme ombrelle pour les organismes de bienfaisance enregistrés (dont le nombre s’élève maintenant à plus d’une centaine) qui cherchent à améliorer la qualité de vie des enfants. En faisant le meilleur usage possible de la contribution du secteur bénévole, le NCVCCO s’efforce de veiller au bien-être et à la sécurité des enfants. L’organisme a notamment pour buts stratégiques d’informer et d’influencer les décideurs, de promouvoir les valeurs et les principes du secteur bénévole des soins pour enfants et, en dernier lieu, de traiter les questions de pratique et de formation afin d’accroître les avantages que présentent les divers organismes qui œuvrent auprès des enfants.

Emplacement du siège social : Londres, Angleterre
Auditoires primaires : Les adultes et les parents.

National Crime Squad
Constitué en 1998, le National Crime Squad du Royaume-Uni est exploité afin de lutter contre le crime grave et le crime organisé à l’échelle nationale et internationale. L’organisme réalise cet objectif en soutenant et en établissant des partenariats avec d’autres organismes d’application de la loi qui s’efforcent de lutter contre des crimes du même ordre. Le National Crime Squad se consacre à la réalisation de ces buts en appliquant les principes d’honnêteté, d’intégrité, de transparence et d’équité.

Emplacement du siège social : Royaume-Uni
Auditoires primaires : Les organismes d’application de la loi et les professionnels de la justice pénale.

National Society for the Prevention of Cruelty to Children (NSPCC)
La National Society for the Prevention of Cruelty to Children (NSPCC), dont la mission consiste à mettre un terme à la cruauté envers les enfants, est un chef de file parmi les organismes caritatifs au Royaume-Uni. La NSPCC envisage une société où la violence sexuelle, physique et émotionnelle à l’égard des enfants ne sera pas tolérée. Travaillant au nom des enfants depuis 1884, la NSPCC gère 180 équipes et projets communautaires en Angleterre, au pays de Galles et en Irlande du Nord. L’organisme propose un service téléphonique de protection des enfants, des campagnes d’éducation du public, une formation sur la protection des enfants, des initiatives de collecte de fonds ainsi que des conseils, de la recherche et des ressources d’information. La NSPCC est unique, dans la mesure où elle est un organisme de bienfaisance à l’intention des enfants jouissant de pouvoirs conférés par la loi, ce qui lui permet d’agir dans les meilleurs intérêts des enfants qui sont exposés à être victimes de violence.

Emplacement du siège social : Royaume-Uni
Auditoires primaires : Les organismes d’application de la loi, les professionnels de la justice pénale, les parents et les jeunes.

Nos enfants disparus
Le programme Nos enfants disparus a été établi en 1993. Il est constitué des Services nationaux pour enfants disparus, qui relèvent de la Gendarmerie royale du Canada et de Citoyenneté et Immigration Canada, ainsi que du Projet Retour international, qui relève du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international et de Douanes Canada. Il a pour mission de rechercher les enfants canadiens portés disparus et de favoriser leur retour en lieu sûr. Il est chargé notamment de prévenir les déplacements transfrontières illégaux des enfants ; de recueillir des données et de dresser des statistiques ; d’agir comme centre de coordination des enquêtes nationales et internationales ; d’élaborer des programmes de formation, de prévention et de sensibilisation ; et surtout, de favoriser le retour des enfants canadiens disparus. Pour réaliser ses objectifs, le programme fait appel à la technologie du portrait-robot anticipé, à un programme de transport et de réunification familiale (destiné à assister les personnes n’ayant pas les moyens financiers nécessaires pour assurer le retour de leur enfant au foyer), au Projet Retour international de Douanes Canada (qui alerte les agents de douanes pour leur permettre de repérer les enfants disparus lors de leur passage à un poste frontalier) et, enfin, à des ateliers à l’intention des policiers. Nos enfants disparus a établi des partenariats étroits avec les organisations Enfants-retour du Canada, le Réseau Enfants Retour et le National Center for Missing and Exploited Children américain, ainsi qu’avec d’autres organismes canadiens et étrangers.

Siège social : Ottawa (Ontario), Canada
Auditoire visé : policiers, parents, adultes, enseignants et jeunes

RespectED: Violence and Abuse Prevention
Dans le cadre de ce programme qu’elle a mis en œuvre en 1984, la Croix-Rouge vise à promouvoir des relations sécurisantes et des collectivités sûres, en aidant les adultes et les jeunes à comprendre le cycle des mauvais traitements, du harcèlement et de la violence interpersonnelle. La Croix-Rouge est persuadée que le cycle de la violence ne peut être brisé que par l’éducation. À la section du site Web de la Croix-Rouge qui est consacrée au programme ÉduRespect, le lecteur trouvera des statistiques illustrant le pourcentage de jeunes Canadiens qui sont confrontés quotidiennement à différentes formes de violence.

Emplacement du siège social : Ottawa, Ontario, Canada (Croix-Rouge)
Auditoires primaires : Les organismes d’application de la loi, les parents, les jeunes et les professeurs.

The Safe OnLine Outreach Society (SOLOS)
La Safe Online Outreach Society (SOLOS) est un organisme sans but lucratif implanté à Mission, en Colombie-Britannique (Canada), qui a été mis sur pied en réponse au problème de l’exploitation sexuelle des enfants en direct. L’organisme crée de la documentation visant à éduquer les parents, les jeunes, les professeurs et les professionnels qui sont des rapports avec des jeunes en ce qui concerne les dangers que présente actuellement Internet. SOLOS donne aux organismes d’application de la loi, aux professeurs, aux travailleurs sociaux et aux intervenants d’urgence une formation qui leur permettra de détecter l’exploitation sexuelle des jeunes en direct et d’y réagir de manière appropriée.

Emplacement du siège social : Mission, Colombie-Britannique, Canada
Auditoires primaires : Les professionnels de la justice pénale, les organismes d’application de la loi, les professeurs, les parents et les jeunes.

Virtual Global Task Force
Le Virtual Global Task Force est une collaboration policière qui regroupe notamment des organismes de la Grande-Bretagne, de l’Australie, du Canada et des Etats-Unis et qui coordonne des patrouilles conjointes des sites de messagerie en temps réel, afin de dépister les prédateurs. Ces policiers ne travaillent pas en qualité d’agents clandestins, mais plutôt à titre de patrouilleurs du cyberspace, dans le cadre d’une initiative conçue afin d’aviser le public de la présence policière dans Internet. Ces « cyberpatrouilles » ont pour but de protéger les enfants en dissuadant les agresseurs sexuels d’enfants et les collectionneurs d’images pornographiques juvéniles de se servir d’Internet pour commettre une infraction.

Emplacement du siège social : Inconnu
Auditoires primaires : Les professionnels de la justice pénale et les organismes d’application de la loi.

Wired Safety
Sous la direction de Parry Aftab, l’organisme WiredSafety dispose de plus de 9 000 bénévoles qui œuvrent dans le monde entier, et il consiste en l’un des plus grands projets de sécurité et d’éducation en direct. WiredSafety s’efforce d’informer sur la cybercriminalité, d’offrir de l’aide aux victimes de la cybercriminalité et du harcèlement en direct, de soutenir les organismes d’application de la loi dans le monde entier, afin de prévenir la cybercriminalité et d’enquêter à cet égard. En outre, il fournit des renseignements sur la sûreté, la protection des renseignements personnels et la sécurité en direct. WiredSafety met aussi l’accent sur le soutien et la formation à l’intention des organismes d’application de la loi, sur la sensibilisation et les programmes de prévention de la cybercriminalité, en plus d’offrir de l’expertise aux groupes gouvernementaux et aux autres organismes qui réclament son aide. WiredSafety joue aussi un rôle d’organisme ombrelle qui supervise deux autres initiatives visant à intensifier la sécurité et la sensibilisation en direct, à savoir Wiredkids.org et WiredCops.org.

Emplacement du siège social : Inconnu
Auditoires primaires : Les professionnels de la justice pénale, les organismes d’application de la loi, les parents, les jeunes et les professeurs.